Annonce 28ème Salon Arnorisère – 19 et 20 Novembre 2011

Le 28ème Salon Arnorisère, « Peinture, Sculpture, Artisanat » aura lieu samedi 19 et dimanche 20 novembre 2011, à la salle le Médian, ZI Tharabie de St Quentin Fallavier.Invité d’honneur :

Carmen Longo – Céramiste d’art

« Née à Cassino entre Rome et Naples où elle a vécut jusqu’à l’âge de 25 ans, Carmen Longo, peintre de formation, reste très influencée dans sa recherche artistique par les couleurs et la lumière de son pays d’origine. Installée à Bourgoin Jallieu elle découvre le travail de la matière (les métaux, la terre) et crée ses propres émaux. »
« Carmen travaille la terre avec passion. Son travail s’enrichit de belles rencontres comme avec Christian Chavas … et Lionel Rister, tous deux céramistes à Grenoble, mais aussi avec Rizu Takahashi, un maître japonais imprégné de la philisophie zen et d’Otto Silva, né en Tchékoslovaquie et qui vit en Autriche et Dominique Bayard, sculpteur à Roanne. Chacun a trouvé dans la chaleur de la terre une infinie richesse à partager… »


Extrait du Journal « Le Dauphiné » du vendredi 27 Mai 2010

Gilbert Croizé – Peintre

Communiqué de presse pour son expo. à Lille en 2010 :

« Sans me soucier d’une recherche de style ou de tout phénomène de mode, ma peinture est la somme d’un travail de recherche et d’expérimentation.

C’est un processus de transformation de la matière qui fait apparaître le reflet des choses vues, vécues.

Je laisse tout d’abord une large place à l’improvisation et à mes intuitions, c’est au fur et à mesure du travail que ma pensée se précise, j’explore alors les possibilités expressives de la matière et des couleurs selon mon climat émotionnel.

C’est de cette tension entre abandon et contrôle que s’exprime la part inconsciente de mes ressentis et expériences accumulées. » http://www.gilcroize.tk/

Démarche de l’artiste.
« Le cheminement pictural de ces cinq dernières années de notre contemporain, Gilbert Croizé, laboure inlassablement le champs fertile du mouvement historiquement clef de la recherche de l’identité originel de la peinture, issue de la rencontre de l’abstraction et du surréalisme, de la deuxième vague de l’abstraction expressionniste d’après guerre qui pose la question essentielle de la représentation, et interroge le fond dans la « chair » du matériau pour incarner au plus près la vérité de la forme.

Gilbert Croizé fait parler la matière, parfois en non-dits, parfois puissamment dans « la passion des hautes pâtes » pour reprendre l’expression de Dubuffet.

Artiste authentique, Gilbert Croizé ne se fourvoie  pas dans la confusion pathétique d’une illustration plastique de ses idéologies ou de ses états d’âme, il enfante dans le médium, qui infléchit son intention première.  La peinture, il l’étale parfois jusqu’à épuisement ou l’appuie, la tire, l’extirpe, la diffuse, l’éclate sur le lieu d’expression gestuelle de la toile.

Gilbert Croizé emprunte les voies de l’art informel, dont Antoni Tàpies est l’inventeur de ce juste terme, dans une série de sujets organiques tels que « Végétal », « Relié au cosmos », « Eparpillement », « Tempête sur le phare d’Ekmul », « Etranges volutes », « Racines »…et en libère la subjectivité.

Dans une série sur la nature urbaine des mégapoles comme « New-York », « Hong-Kong », « Bagdad », l’artiste chemine aux frontières de l’abstraction lyrique, dans un geste voisin et parfois proche d’une palette de Georges Mathieu.

Son diptyque « Envolée » marque son passage sur les territoires de l’origine de l’abstraction dans la fusion d’un geste à la fois cubique et lyrique et lève l’éternel antagonisme entre « abstraction géométrique », (transcription de la raison) et  « abstraction expressionniste », (transcription de la passion).

De ce remix de ces courants de l’abstraction expressionniste, l’oeuvre de Gilbert Croizé s’inscrit dans la véritable tradition de la peinture, prétexte à explorer la question inépuisable de la figure dans la représentation depuis Florence, comme toute la génération contemporaine de Nicolas de Staël l’a affleurée ou celle de Philippe Cognée par exemple encore aujourd’hui parmi tant d’autres grands artistes.

Étienne Wable « 

Publié le octobre 6, 2011, dans Salon Arnorisere. Bookmarquez ce permalien. Commentaires fermés sur Annonce 28ème Salon Arnorisère – 19 et 20 Novembre 2011.

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :